Mea Culpa (et agrega culpa aussi)

L'agreg' est une grosse bête chronophage et insatiable.

Voilà, tout est dit, voilà pourquoi (Pourquoi, pourquoi, pourquoiiii?) ce silence.

Le cœur du blog s'est ralenti, de plus en plus, jusqu'à n'émettre que de faibles battements, telle une marmotte hypothermique en hibernation, lassée des suites de métaphores pour exprimer mon désarroi à expliquer pourquoi j'étais pas là alors que c'est moi qui décide d'abord hé.

Voilà voilà.

On va donc faire comme si on avait rien vu, et consacrer un peu plus de temps à ce blog, au milieu de la préparation des oraux de cette satanée agreg', accrochée à moi, comme une tique à son scout.

Genre, j'ai plus le temps de dessiner, c'était un loisir, et maintenant, j'en ai simplement plus le temps, et l'envie s'est estompée, pour l'instant j'espère. Mais j'ai envie d'écrire, de déblatérer, d'ouvrir ma gueule, de dire des conneries. Bref, j'ai envie d'être un blogueur de plus. Alors le dessin, pas de retour pour tout de suite, mais un paquet de projets, liés à la BD, au comics etc. bref, vous verrez.

Pardon pour c'préambule foutraille.



mardi 16 avril 2013

Une petite vache, un p'tit ch'val...


De suite, je vous préviens, je ne cautionne absolument pas ce qui va vous heurter si dessous. Si je choppe le galopin qui blague ainsi, je le taloche, juré.
































Oui bon, voilà ce que m'inspirent les atermoiements de nos politiques alimentaires. Bon goût sur toute la ligne !
 N'oubliez pas que vous pouvez me suivre sur facebook ici  et sur tweeter (oui oui JE VOUS ASSURE) en tapant (gentiment hein) @aurelienetcie. Allez les coupains! :)

1 commentaire:

  1. Et ben bravo. Félicitations. Caricaturer Nadine Morano comme ça, c'est pas chouette.

    RépondreSupprimer

Si tu as cliqué là, c'est que tu veux laisser un commentaire. Alors c'est vraiment cool, merci à toi! Si tu n'as pas de compte Google, clique sur "Nom/Url" et ajoute un nom ou sur "Anonyme". Quoique tu écrives, ça sera funky! (enfin, évite les insultes et autres frivolités, je te retrouverai.)